Accueil POLITIQUE Parti unifié, formation du Gouvernement,… :Amadou Gon Coulibaly répond à toutes les questions

Parti unifié, formation du Gouvernement,… :Amadou Gon Coulibaly répond à toutes les questions

0
0
102

Le Bureau politique du PDCI-RDA a décidé de se prononcer sur le parti unifié en 2020. Comment se fait-il alors que ce parti soit largement représenté dans ce gouvernement qui avait été annoncé comme RHDP favorable au parti unifié ?

Le président de la République, à la dissolution du précédent gouvernement, a demandé que le nouveau soit constitué de membres du RHDP et de membres de la société civile. Au titre de la société civile, nous avons deux membres. Il s’agit du Secrétaire d’Etat chargé de la promotion de l’investissement et la Secrétaire d’Etat chargée des droits de l’Homme. Concernant le RHDP, les partis membres de cette alliance sont tous représentés. Je me suis assuré lors des consultations, avant l’entrée au gouvernement que chaque membre ici qu’ils soient du PDCI-RDA ou du RDR, que chacun soit engagé dans la voie de la création du parti unifié. C’était logique dans la formation de ce gouvernement. Il n’y a donc pas de surprises. Tous ceux qui sont là représentent le RHDP dans une optique d’aller à la création du parti unifié.

Est-ce que le président Henri Konan Bédié a été consulté pour la formation de ce gouvernement ?

Constitutionnellement, en ce qui me concerne en tant que Premier ministre j’ai pour devoir de travailler avec le président de la République. C’est à lui que je rends compte pour ce qui concerne la formation du gouvernement. Ce gouvernement a donc été formé entre le chef du gouvernement et le président de la République. Qui en a discuté avec le vice-président de la République.

Comment expliquer la nécessité de créer un ministère de la ville et quel est son contenu ?

Vous avez que nous sommes un pays qui a un fort taux d’urbanisation. Les problèmes de la ville sont extrêmement complexes. Ils touchent plusieurs ministères. Vous avez les questions d’urbanisations, de la mobilité urbaine, du désordre urbain, de l’embellissement des villes. Il nous est apparu nécessaire, et le chef de l’Etat nous a donné une orientation sur ce point, de travailler à améliorer la qualité de vie dans nos villes. C’est cela l’objectif. C’est un ministère transversal par nature qui aura à travailler avec le ministère de la Construction et de l’Urbanisme pour les problématiques liées à l’urbanisation. Ce ministère aura à travailler avec le District d’Abidjan pour un certain nombre d’éléments. Ce ministère aura à travailler avec le ministère des Transports pour ce qui est de l’amélioration de la mobilité. C’est un ministère important, mais transversal. Je peux vous dire par exemple, qu’il a pour mission d’assister et de conseiller les villes, les districts et les communes de Côte d’Ivoire dans  leur planification. Et ceci en liaison avec le ministère de l’Intérieur qui a la tutelle de toutes ces entités. Il aura la mission de suivre en liaison avec le ministère de la Construction de l’Urbanisme et du Logement, les questions liées au plan d’urbanisme et du développement des villes, la question de la planification et du développement des infrastructures sociaux-culturelles urbaines seront elles aussi suivies en liaison avec les départements ministériels techniques concernés. Il y a des questions comme l’adressage des rues qui est en train d’être mis en place par le ministère de la Construction. Et le ministère de la Ville devrait être associé à tout ce travail. En somme vous devez retenir que la volonté du chef de l’Etat et celui du gouvernement est de faire en sorte que la qualité de la  vie dans nos villes s’améliore. Pour cela, c’est une problématique en soi qu’il faut prendre à bras le corps pour nous permettre de répondre à ce quotidien de nos concitoyens.

Est-ce qu’avec les ministres PDCI qui sont au gouvernement, vous estimez que le PDCI est représenté dans le gouvernement ? Parce qu’au sein de leur parti, certains les considèrent comme des dissidents et disent qu’ils ne suivent pas la ligne du parti.

Je n’ai pas à me prononcer sur le fait qu’ils soient dissidents ou pas. Je sais qu’ils sont PDCI. Pour le moment, il n’y a aucun doute là dessus. Je n’ai pas encore entendu de communiqué du PDCI qui dit le contraire. Tous les ministres sont PDCI et favorables à la création d’un parti unifié.

Certains concitoyens après avoir été déguerpis dans la zone de Port-Bouët se retrouvent dans le cimetière municipal. Qu’est-ce qui est prévu par le nouveau gouvernement pour trouver une solution au cas de ces vivants qui côtoient les morts ?

Vous vous souvenez que nous avons eu des inondations à l’issue desquelles nous avons enregistré malheureusement 18 morts au niveau de la ville d’Abidjan. En plus de tout ce que nous pouvons indiquer en ce qui concerne le changement climatique et les pluies qui ont été plus importantes que celles qui tombent traditionnellement à cette période, nous avons tous fait le constat qu’il y avait un problème en ce qui concerne les comportements de nos concitoyens. Certains ont construit dans des bassins d’orage et sur des ouvrages d’assainissement. La décision a été prise. Elle a été appréciée par la majorité des Ivoiriens qui ne veulent plus revivre un tel drame dans notre pays, que nous puissions déguerpir les populations qui vivent dans les endroits qui les exposent en saisons des pluies, à la mort. Et déguerpir également les populations obstruent le passage de l’eau. Une fois que les personnes partent de là bas, elles sont accueillies sur des sites qui ont été pré-identifiés. Les maires de différentes communes d’Abidjan avaient indiqué des sites. Pour les communes où il n’y avait pas de sites qui avaient été identifiées, on a décidé de mettre des abris avec toutes les commodités pour pouvoir les accueillir en attendant, puisqu’il y avait une urgence, de trouver des solutions définitives en ce qui concerne les recasements. Voilà ce que nous avons décidé. S’il advient que des gens sont au cimetière, ce n’est pas totalement conforme à ce qui avait été décidé. Ce qui a avait décidé c’est de déguerpir les gens situé dans les zones à risque. En toute responsabilité, le gouvernement ne peut pas laisser ces personnes à ces endroits. Sur certains sites, nous avons assisté à une forte solidarité de nos compatriotes qui sont allés fournir pas mal de vivres à ces personnes pour leur permettre de faire face aux difficultés du quotidien.

Depuis que le nouveau gouvernement a été annoncé, sur les réseaux sociaux que nous fréquentons, il revient que ce gouvernement est pléthorique. Ne pensez-vous pas que le train de vie de ce gouvernement qui va certainement croître va impacter les ressources qui sont censées être affectées à l’investissement du pays ?

Vous avez bien noté que l’orientation qui avait été donnée est importante. Puisque dans un pays, où il y a toute l’activité gouvernementale et où il faut la consolidation de la paix, c’était d’avoir un gouvernement ouvert  en intégrant tous les partis politiques qui sont en RHDP et favorables à la création du parti unifié. A partir du moment où la décision a été prise d’avoir ce rassemblement le plus vaste, en ce qui concerne le RHDP pour la consolidation de la paix dans notre pays, c’est évident que nous allions avoir un accroissement du nombre. Vous noterez que nous 35 ministres et 5 Secrétaires d’Etat. Ceci étant, nous ferons les calculs pour voir quel en est l’incidence au niveau budgétaire. Mais je peux vous assurer que ce n’est pas cela qui va contrarier  les investissements publics.

Après la publication de cette liste du nouveau gouvernement composé en majorité des cadres favorables au parti unifié, des voix s’élèvent déjà pour dire que c’est un gouvernement mis en place par une quelconque ambition pour 2020. Pouvez-vous rassurer les Ivoiriens sur ce concept ?

Le gouvernement suit l’ambition fixée par le président de la République de travailler tous les jours à améliorer les conditions de vie des populations. Vous avez noté que dans mon introduction sur la composition du gouvernement, j’ai indiqué qu’un certain nombre de départements ont été crées de manière spécifique pour faire face à l’actualité que nous vivons. Créer un portefeuille pour l’hydraulique afin de régler le problème de l’approvisionnement en eau potable que ce soit dans nos villes ou dans nos campagnes, après ce que nous venons de vivre dans la partie nord et centre nord du pays. Vouloir gérer de façon spécifique la question de l’assainissement, quant on sait que ce problème est à la base de ce que nous venons  de connaitre récemment, de mon point de vue personne ne peut trouver à redire. Dire que nous voulons avoir un focus sur la promotion de l’investissement, travailler à l’amélioration des affaires, attirer des investisseurs avec comme conséquence de créer des emplois pour les jeunes et les femmes, je ne vois pas ce que qu’on peut trouver à redire. C’est un gouvernement de combat pour régler les problèmes de nos compatriotes. Il ne faut pas voir la question électorale. Le gouvernement est à la tâche. Il doit travailler au quotidien pour que le quotidien de nos compatriotes s’améliore. C’est à cela que nous nous sommes engagés. C’est ce que le président nous a donné comme feuille de route.

 

Propos retranscrit par Krouman Issiaka

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans POLITIQUE

Laisser un commentaire

Voir Aussi

A trois jours de la présidentielle en Côte d’Ivoire, Fatou Bensouda appelle à la retenue

Déclaration du Procureur de la CPI, Mme Fatou Bensouda, sur les violences préélectorales e…