Accueil POLITIQUE Meurtre de l’adjudant Sanogo : 98 personnes interpellées, le corps calciné dirigé sur Abidjan pour une autopsie

Meurtre de l’adjudant Sanogo : 98 personnes interpellées, le corps calciné dirigé sur Abidjan pour une autopsie

0
0
104

COMMUNIQUE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE D’ABIDJAN

Le samedi 31 octobre 2020, un convoi de trois véhicules à bord desquels se trouvaient trois chauffeurs et trois agents des forces de l’ordre affectés à la sécurité du Ministre du Budget et du Portefeuille de l’État, avait été pris à partie dans le village de Zatta, sur l’axe Bouaflé-Yamoussoukro, aux environs de 16 heures.

Arrivés à un barrage tenu par des personnes agissant dans le cadre de la mise en œuvre du boycott actif, les agents du Ministère du Budget avaient essayé de négocier la levée des barricades afin de poursuivre leur voyage sur Abidjan. Ces individus, surexcités, avaient alors tenté d’incendier les véhicules avec leurs occupants à bord, après en avoir crevé les pneus.

En définitive, ces agents réussissaient à s’extirper de ce traquenard avant d’essuyer des tirs nourris qui avaient atteint l’un des leurs à la tête pendant que les autres s’échappaient en gagnant la brousse voisine.

Au triste bilan de cette agression terroriste, l’on note les trois véhicules du Ministère du Budget incendiés et un agent, l’Adjudant SANOGO Seydou, porté disparu.

Face à ces faits d’une particulière gravité, la Gendarmerie nationale a entrepris de retrouver l’agent disparu. C’est ainsi que les enquêtes menées ont abouti à l’indication d’une sépulture sommaire faite à quinze (15) mètres de la route principale entre les villages d’Abouakouassikro et de Bonzi, à quelques encablures du lieu de l’attaque. Cette sépulture serait celle de l’Adjudant SANOGO Seydou.

La sépulture ouverte en présence du Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Bouaké agissant sur délégation du Procureur de la République près le Tribunal de première instance d’Abidjan, permettait de constater la présence d’un corps humain calciné, à la boite crânienne éclatée, sommairement enseveli dans un linceul blanc. 98 personnes ont été interpellées et 44 téléphones portables saisis pour enquête. Les auditions de ces personnes permettront d’identifier les auteurs, les complices et les commanditaires de cette barbarie.

Le corps découvert a été dirigé sur Abidjan en vue d’une autopsie médico-légale afin de déterminer les causes de la mort.

C’est le lieu, pour le Procureur de la République, d’indiquer que les enquêteurs sont à pied d’œuvre pour faire toute la lumière sur les incidents graves survenus avant, pendant et après l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Il tient à assurer l’opinion nationale et internationale que toutes les localités où ces faits d’une particulière gravité se sont produits sont concernées par les enquêtes ouvertes.

Le Procureur de la République tient enfin à appeler les uns et les autres à la retenue, à la pondération et à la responsabilité afin de préserver les vies humaines.

 

Fait à Abidjan, le 21 novembre 2020

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans POLITIQUE

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Côte d’Ivoire: Après la présidentielle, la CEI s’autoévalue pour “s’améliorer”

La commission électorale indépendante (CEI) est à l’heure du bilan, après les élections pr…