Accueil SOCIÉTÉ Liberté syndicale, droits des travailleurs… : La Centrale Humanisme engage la lutte contre les abus 

Liberté syndicale, droits des travailleurs… : La Centrale Humanisme engage la lutte contre les abus 

0
0
32

Les syndicats de base affiliés à la Centrale Humanisme n’ont pas boudé le meeting organisé hier au gymnase des Sapeurs pompiers de l’Indenié à la faveur de la célébration de la fête du travail. Contrairement aux autres années, le Secrétaire genéral de cette faîtière, Soro Mamadou, n’a pas prononcé de discours, laissant le soin à Bakayoko Assita épouse Coulibaly de lire une déclaration de la Confédération syndicale internationale (CSI), dont est membre la Centrale Humanisme depuis 2016. Le mouvement syndical ivoirien affiche son soutien aux autres travailleurs dans le monde qui sont victimes d’abus de la part du patronat et dont les droits sont bafoués. « En cette journée internationale,  nous rendons hommage à celles et ceux qui ont tant sacrifié dans leur lutte pour les droits fondamentaux, droits que l’on prend trop souvent pour acquis tels que la liberté syndicale, le droit à la négociation collective, la protection contre la discrimination ou l’exploitation, et la sécurité au travail », a déclaré Mme Coulibaly.

Puis d’ajouter : « Nous témoignons aussi de notre solidarité envers celles et ceux qui se voient privés de ces droits et qui, dans un monde où les règles qui consacrent ces droits ne sont pas appliquées universellement, livrent aujourd’hui les mêmes bataille contre l’exploitation et les abus qu’avaient dû livrer les fondateurs et fondatrices de notre mouvement il y a un siècle et demi ». Pour la CSI, le moment est venu de briser les chaînes qui entravent la démocratie et les droits humains. Kouamé Mathilde épouse Mel, conseillère technique (CT) au ministère de l’Emploi et de la Protection sociale, a salué la franche collaboration existant entre la Centrale Humanisme et la tutelle qui s’emploie à donner une suite favorable aux préoccupations des travailleurs. Selon elle, le droit de grève, bien que consacré par la Constitution, ne doit pas prendre le pas sur le dialogue social, puissant moyen pour instaurer un climat de paix, condition sine qua none pour la satisfaction des revendications des travailleurs. La conseillère technique est revenue sur les actions menées par le gouvernement pour améliorer les conditions de vie des Ivoiriens. Notamment l’instauration d’un filet social, la lutte contre la cherté de la vie, le recrutement de personnes en situation de handicap, etc.

Nomel Essis

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par KALOU
Voir Plus dans SOCIÉTÉ

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Le Botswana décriminalise l’homosexualité

C’était une décision très attendue : la Haute Cour du Botswana a ordonné l’abr…