Accueil SOCIÉTÉ Insécurité: Les livreurs de journaux, la cible d’un redoutable gang

Insécurité: Les livreurs de journaux, la cible d’un redoutable gang

0
0
41

Un redoutable gang sévit actuellement à Abidjan. Sa cible, les livreurs de journaux.

Actuellement, à Abidjan, livrer les journaux est devenu un véritable cauchemar pour les employés de la société de distribution, Edipresse. À preuve, ils sont la cible d’un redoutable gang, voleurs de motos. Débuté fin avril, un nouveau cran semble avoir été franchi avec les récentes agressions dans la première semaine du mois en cours (mois de mai). 4 employés dont l’occupation principale est la livraison de journaux aux tenanciers de kiosques ont été agressés, puis dépossédés de leurs engins.

En effet, la matinée du 2 mai 2018 a été particulièrement éprouvante pour ces livreurs de journaux. À moto, où ils étaient commis à leur tâche quotidienne, deux livreurs ont été cueillis à froid par les malfaiteurs. Le premier est tombé juste au niveau de l’entreprise Nestlé à Cocody, non loin de la Corniche. Alors qu’il arpentait la côte, les deux bandits, allant dans le même sens à vive allure, ont commencé à klaxonner. Donnant ainsi l’impression à leur victime de demander de leur céder le passage. Une demande à laquelle répondra favorablement le livreur de journaux.

C’est au moment où il ralentit sa course et se met sur le bas côté qu’il est pris en tenaille par les quidams. Il est très vite projeté dans la canalisation. A deux sur la moto, l’un d’entre-deux a le temps de s’emparer de l’engin du livreur. Une scène qui s’est déroulée sous les yeux de son binôme qui avait pris de la distance. Face à la brutalité subie par son collègue, lui tente de prendre le large pour échapper aux agresseurs. Mais, c’est trop tard. Dotés d’engins plus puissants, ils réussissent à rattraper leur cible sur quelques mètres.

Des efforts qu’ils tenteront de compenser avec plusieurs coups de couteau. Laissant derrière eux, une victime perforée et ensanglantée. Quelques jours avant, à quelques kilomètres, de là, à Williamsville, précisément entre la caserne de la Gendarmerie (Agban), c’est le même mode opératoire. Commis à son occupation journalière, il a tout simplement été brutalisé par ses agresseurs avant de regarder impuissamment sa moto partir.

Si lui a eu plus de chance parce qu’ayant pu conserver son intégrité physique intacte, le quatrième et la dernière victime a échappé un autre jour à la mort. La méthode utilisée par les gangsters est spectaculaire. C’est avec un câble électrique qu’ils ont éjecté le distributeur des supports médiatiques de sa moto.
Vivement que ce gang soit démantelé pour permettre aux livreurs d’accomplir dans la quiétude leurs tâches.

.

Philippe Nado

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans SOCIÉTÉ

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Les ministres africains de la santé appellent à une plus grande vigilance dans la lutte contre la COVID-19

 Les ministres africains de la santé réunis cette semaine pour la reprise de la session vi…