Accueil POLITIQUE «Faux mariage» à la mairie de Koumassi : pour une affaire sous N’dohi Yapi, qui veut salir Cissé Bacongo ?

«Faux mariage» à la mairie de Koumassi : pour une affaire sous N’dohi Yapi, qui veut salir Cissé Bacongo ?

0
0
343

Au moment où le Maire Cissé Ibrahima Bacongo, se bat pour changer le visage de sa commune, des individus tapis dans l’ombre essaient de l’humilier pour leurs intérêts personnels.

De quoi s’agit-il. En effet, depuis quelques semaines, une affaire présumée de faux mariage défraie la chronique. Ce mariage a été célébré le 27 décembre 2008 à la mairie de Koumassi, entre Mlle L.D.G.R née le 14 mai 1986 à Koumassi, et Monsieur Tanoh Amoa Cyriaque.

Selon Mme Tidjane Korotoum épouse Sanogo, directrice des services administratifs de la mairie, il s’agit d’un mariage dans lequel Mlle L. D. G. R ne se reconnaît pas du tout.

La supercherie a été découverte lorsque la victime (Mlle L.D.G.R) s’est rendue en 2017 à la mairie, pour se faire établir une copie de son extrait d’acte de naissance. Grande fut surprise de se découvrir “mariée” à Monsieur Tanoh Amoa Cyriaque qui serait parti en Europe, de ce fait impossible pour elle de contracter un autre mariage car déjà mariée dans un mariage qu’elle ne se reconnait pas. Une situation qui porte énormément préjudice depuis plusieurs années, à Mlle L.D.G.R.

C’est suite à un courrier adressé à la mairie par la victime , le 13 juillet 2020, que le maire a été informé de la situation. Dans ledit courrier elle écrit qu’elle doit se marier dans deux mois « mais il est question que la mention ‘’Mariée’’ ne figure plus sur mon acte de naissance».

Par ailleurs, elle informe qu’elle porte réclamation et porte également plainte contre le témoin du marié qui se trouve être un agent de la mairie de Koumassi.

Malheureusement, en attendant le dénouement de cette affaire, certains individus mal informés et ayant des intentions lugubres tentent d’imputer la faute au ministre Cissé Ibrahima Bacongo qui n’était pourtant pas encore le maire de la commune de Koumassi au moment des faits.

Ce faux mariage date du 27 décembre 2008. Et à cette époque, Raymond N’dohi Yapi était le maire donc la responsabilité devrait lui incomber.

Ces individus devraient plutôt saluer le maire Cissé Bacongo, qui est en train d’engager des démarches pour trouver une solution à cette affaire .

Les ennemis du Maire Cissé Ibrahim gagneraient à surfer ailleurs, qu’ils aillent chercher les poux dans les cheveux de Raymond N’dohi Yapi, qui dirigeait la Mairie en 2008.

Fulbert YAO

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans POLITIQUE

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Les images de la douloureuse séparation avec Doumbès, de la grande mosquée du Mahou au cimetière de Williamsville à Abidjan. Phs/ S.C/C.K

05 …