Accueil SOCIÉTÉ Côte d’Ivoire : L’Unesco lance le projet « Un jeune, un avenir»

Côte d’Ivoire : L’Unesco lance le projet « Un jeune, un avenir»

0
0
70

L’Unesco a procédé le vendredi 24 août au Lycée Technique de Yopougon (nord d’Abidjan) au lancement «Un jeune, un avenir», un projet qui vise principalement à former les adolescents et les jeunes, aux valeurs culturelles à travers le football.

Près de 150 jeunes de Yopougon dont l’âge varie entre 0 et 35 ans encadrés par l’ONG Sport sans frontière sont concernés par ce projet.

Ils bénéficieront durant six (6) mois d’un renforcement de leurs capacités sportives, mais seront aussi formés dans plusieurs domaines d’activités, notamment la couture, la décoration, la tapisserie…, au sein du Lycée Technique de Yopougon et au Centre technique des arts appliqués de Bingerville (sud).

Dans une allocution, Ydo Yao, directeur régional UNESCO Abuja, a expliqué que son institution vise aussi à travers ce projet à faire des jeunes qui seront encadrés «des acteurs du développement, les acteurs de la promotion de la paix, du vivre ensemble et de la cohésion sociale ».

« Les jeunes bénéficiaires de ce projet auront des capacités de vulgariser auprès de leurs pairs certaines valeurs importantes qui vont de paires avec la pratique du sport et ils seront également beaucoup plus actifs dans la consolidation de la paix et la cohésion sociale au sein de leur société », a-t-il insisté.

Le projet «Un jeune, un avenir»,  épouse les objectifs d’un grand projet intitulé « Renforcement de la participation des jeunes à la consolidation de la paix dans le Nord, le Sud, le Centre, le Centre-Ouest et l’Ouest de la Côte d’Ivoire ».

C’est un Projet porté par UNESCO, UNICEF et PNUD avec une contribution notable de l’ONUDI, pour contribuer à la consolidation de la paix dans la commune de Yopougon.

Le choix des 150 jeunes de cette commune, faut-t-il le souligné, s’explique par le fait que la jeunesse a été fragilisée par divers facteurs du fait des précédentes crises à différents niveaux : usage d’armes à feu, faible niveau de formation, manque d’opportunités d’emploi ou des perspectives d’emploi rémunérateur ou de moyens de réinsertion socio-économique, expérience de la guerre et perte de repères éthiques et de valeurs sociales.

 

Fulbert Y.

 

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans SOCIÉTÉ

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Meeting du RHDP à Yamoussoukro: pas de tirs d’armes à feu, juste un pétard, situation calme

L’information qui circule sur les réseaux sociaux, annonçant des tirs d’armes …