Accueil LE COURRIER DES REGIONS Côte d’Ivoire: Le calme revenu à Bin-Houyé suite au décès d’un jeune homme lié à une rumeur de disparition de sexe

Côte d’Ivoire: Le calme revenu à Bin-Houyé suite au décès d’un jeune homme lié à une rumeur de disparition de sexe

0
0
292

Le calme est revenu à Bin-Houyé après les remous causés par le décès d’un jeune homme vendredi, suite aux rumeurs de disparition de sexe , indique une note dont l’AIP a reçu copie dimanche.

Selon les informations recueillies, une élève a alerté ses amis, affirmant avoir perdu son sexe. Cette nouvelle a suscité la colère de certains jeunes qui ont décidé d’en découdre avec les présumés coupables.

Malgré la vérification du médecin de l’hôpital de Bin-Houye (Tonkpi, plus de 150 km de Man), qui a confirmé la présence du sexe de la jeune fille,fait-on savoir, ces jeunes n’ont pas baissé la garde. Ils ont tabassé un premier accusé qu’ils ont relâché après, ensuite un second qui a succombé à ses blessures.

Cette situation a secoué toute la commune et crée des tensions. Fort de cela, souligne-t-on, le député de Bin-Houyé, Danin Magloire, a décidé de réunir sous le contrôle du chef canton, Gonlagbé Gabriel, les chefs Yacouba  et la communauté Senoufo et Malinké pour régler de façon traditionnelle « ce problème ».

«Perdre une vie humaine de cette manière est abominable. C’est une situation qui nous touche du plus profond de nos cœurs. Nous avons réuni nos chefs pour que ce problème soit réglé en attendant l’enquête en cours. Il faut que les populations se calment et il faut que la paix véritable revienne », a affirmé Danin Magloire qui avait à ses côtés le sous-préfet et des chefs traditionnels.

La gendarmerie de Zouan-Hounien a ouvert une enquête afin de situer les responsabilités.

(AIP)

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans LE COURRIER DES REGIONS

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Edito par Moussa Traoré AGC à jamais dans nos cœurs

Le ciel est tombé sur la Côte d’Ivoire le 8 juillet 2020. Alors qu’on s’y attendait le moi…