Accueil INTERNATIONAL AFRIQUE Burkina Faso/Après son opération: Djibrill Bassolé évacué en Tunisie

Burkina Faso/Après son opération: Djibrill Bassolé évacué en Tunisie

0
0
12

L’ex-patron de la diplomatie burkinabè, Djibrill Bassolé, a été évacué le mercredi 6 mars 2019, en Tunisie pour des «soins appropriés», précise un communiqué du gouvernement.

Djibril Bassolé peut enfin se faire soigner en Tunisie où il a été évacué ce mercredi pour y subir des soins après son opération dans la capitale burkinabè.

L’information a été rendue publique par le ministre de la Communication et des relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou.

Dans un communiqué, il «informe le peuple burkinabè, que le général Djibrill Yipènè Bassolé, accusé dans le cadre du procès de tentative de coup d’Etat de septembre 2015, a été évacué ce jour 6 mars 2019 en Tunisie pour des raisons sanitaires», lit-on dans la note gouvernementale qui précise que l’ex-ministre des Affaires étrangères, «y subira des soins appropriés comme recommandés par ses médecins traitants».

Selon le document, cette évacuation participe de la «volonté du gouvernement à veiller au respect des droits des personnes accusées et de s’assurer que les conditions sont réunies afin que chaque accusé puisse répondre de ses actes et participer ainsi, à la pleine et entière manifestation de la vérité».

Malgré la dégradation progressive de son état de santé depuis son  interpellation le 29 septembre et son incarcération le 3 octobre 2015 et les multiples sorties médiatiques de son parti la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), M. Bassolé s’était vu refuser à maintes reprises l’autorisation d’aller se soigner à l’extérieur.

Djibrill Bassolé qui avait comparu en étant assis en décembre dernier devant la barre du tribunal militaire était absent depuis quelques semaines dans la salle du jugement à cause de son état de santé. Premièrement incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction des Armées (MACA), le général Bassolé a été admis en octobre 2017 en résidence surveillée pour « des raisons de santé ». Lors de son passage à la barre du tribunal militaire, l’ex-patron de la diplomatie burkinabè, accusé de «trahison» dans le putsch avorté de 2015, a plaidé «non coupable».

La Cour de justice de la  Commission économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avait qualifié d’«arbitraire» la détention de M. Bassolé à la MACA. L’ancien missi dominici du président Blaisé Compaoré  considéré comme l’un des présumés cerveaux dans l’affaire du putsch manqué, qui est revenu devant la Cour de la CEDEAO le jeudi 21 février dernier à Abuja, attend le délibéré le 29 mars prochain.

Nomel Essis avec Wakat Séra

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans AFRIQUE

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Côte d’Ivoire / Après l’arrestation d’une partie de son staff : Kemi Seba promet se rendre à la DST

L’activiste béninois Kemi Seba a promis, dans une vidéo qu’il a posté sur sa page Facebook…