Accueil ÉCONOMIE Après la Satmaci,la Soderiz …Comment Ouattara redonne espoir au secteur

Après la Satmaci,la Soderiz …Comment Ouattara redonne espoir au secteur

0
0
19

La nomination de Gaoussou Touré au poste de Ministre de la Promotion de la Riziculture laisse augurer des lendemains meilleurs pour le secteur.

L’autosuffisance alimentaire de la Côte d’ivoire  en riz est désormais en marche, avec un département dédié à cette question sensible qui demeure l’une des priorités du gouvernement.

En effet, le riz a toujours occupé une place importante dans la politique agricole de la Côte d’Ivoire depuis 1960.

« C’est un peu plus d’un million et demi de tonnes importées par an avec une dépenses d’environ 250 milliards de franc investis pour l’importation du riz », explique Yéo Lassina Songfolo, Enseignant Chercheur en Histoire économique.

Après les indépendances, les structures Étatiques que sont la Satmaci et la Soderiz, ont conduit la politique rizicole.

La disparition de ces différentes structures en charge de la promotion de cette denrée qui est à coup sûr l’une des plus consommées ou mieux la plus consommée en Côte d’Ivoire va conduire l’Etat à mettre en place des structures spécialisées d’appui au secteur avec la Soproriz en 1995 qui deviendra par la suite en 1996 le Projet et Programme National Riz (Pnr) 2003.

Et tout récemment une nouvelle structure a été créé afin d’appuyer la Soproriz. C’est l’Office National de Développement de la Riziculture (Ondr) est un Établissement Public Administratif (Epa) en charge des questions rizicoles en Côte d’Ivoire crée par décret N° 2012-767 du 1er août 2012.

En d’autres termes, l’Etat redonne au secteur un nouveau souffle, et donne aussi aux Ivoiriens la possibilité de développements et d’accroissement des produits made in Côte d’ivoire en matières de riz, mais surtout crée l’espoir pour de nombreux paysans qui se sentaient marginalisés ou laisser pour compte de mieux développement ce secteur vital de économie ivoirienne.

Par ailleurs, c’est de nombreux d’Ivoiriens, diplômés des différentes écoles d’agronomie et les différents spécialistes des questions du riz qui pourront également tirer profit du développement de ce secteur. La réduction du chômage est donc aussi en marche.

Coulibaly Adama (Stagiaire)

Voir plus d'articles associés
Voir Plus par L EXPRESSION
Voir Plus dans ÉCONOMIE

Laisser un commentaire

Voir Aussi

Voici les dispositions prises pour assurer les prestations après la fermeture du CHU de Yopougon le 1er novembre 

Invité des  “Rendez vous du gouvernement” jeudi, le ministre de la Santé et de l’Hygiène p…